top of page
  • Photo du rédacteurYanik Comeau

Danse/Théâtre: «Navy Blue» d’Oona Doherty: Aller-retour dans l’espace

Dernière mise à jour : 17 oct. 2023

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)

Je ne couvre pas le monde de la danse depuis longtemps (environ six ans?) et j’y suis entré par la porte de côté puisque c’est souvent par des spectacles multidisciplinaires ou des œuvres de danse-théâtre que j’ai découvert le mouvement. Je découvrais donc hier soir l’univers à la fois onirique, provoquant, saisissant et magistral de la chorégraphe irlandaise et directrice de compagnie Oona Doherty qui présente jusqu’à demain sa création Navy Blue au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts dans le cadre du Festival TransAmériques.



Le spectacle s’ouvre sur dix interprètes tous de marine vêtus (de là une partie de l’explication du titre) qui se lancent dans un majestueux ballet contemporain à couper le souffle. La musique originale de Jamie xx et le Concerto No. 2 pour piano de Sergueï Rachmaninov (qui avait inspiré Eric Carmen pour All By Myself, on le reconnaît très bien) qui se marient et s’entrecoupent par moments, donnant presque l’impression que l’un et l’autre s’inspirent, servent à merveilles la chorégraphie sublime de Doherty, passant de mouvements d’une grâce infinie à des gestes plus saccadés, plus hachurés si je puis dire. Le thème de l’espace (pas seulement dans le sens de l’utilisation de l’aire de jeu mais surtout dans le sens de l’univers, du cosmos, du grand vide autour de la Terre) patine ce spectacle grandiose qui rappelle par moments les univers de Jean-Pierre Perreault (Joe), de Martha Graham, de Pina Bausch et de Carbone 14 et Cédric Delorme-Bouchard pour les éléments plus théâtraux dans lesquels on plonge avec délice en deuxième partie.


S’enchaînent quelques tableaux tous plus magnifiques les uns que les autres jusqu’à ce que la voix de la chorégraphe monte dans les hauts-parleurs, comme une voix d’outre-tombe, mais pas tant… plutôt une voix céleste troublante mais coquine à la fois, filtrée par le micro d’un vaisseau spatial qui s’adresserait aux Terriens dans la salle qui ont été assez gentils de faire le voyage de « quatre milliards et demi d’années. C’est un long voyage pour venir voir un spectacle.» Ce numéro – mais surtout ce texte – frappe à bâtons rompus sur tout ce qui bouge: de la surconsommation au coût d’un tel spectacle de danse, de l’éphémère des arts vivants à sa livraison d’Amazon Prime, d’Enoch Powell à George Floyd. Il m’aura fallu lire ce texte d’une grande beauté et d’une grande force après dans le programme parce que la musique, bien que magnifique, enterrait parfois la voix ce qui nous empêchait d’en mesurer toute la magnitude, mais qu’à cela ne tienne, ça donne lieu à un moment époustouflant.


«Maybe I’m late to the party» comme disent les Anglais (ou les anglophones en général), mais Oona Doherty figure maintenant sur ma liste d’incontournables. Quel moment inoubliable que m’ont fait vivre là le Festival TransAmériques et les dix interprètes expressifs, charismatiques, au sens de la théâtralité développés de Navy Blue.



Navy Blue d’Oona Doherty Texte: Oona Doherty + Bush Moukarzel Chorégraphie: Oona Doherty Cocréation et interprétation: Arno Brys, Kevin Coquelard, Thibaut Eiferman, Amancio Gonzalez, Miñon, Kinda Gozo, Hilde Ingeborg Sandvold, Zoé Lecorgne, Andréa Moufounda, Magdalena Öttl, Tomer Pistiner, Mathilde Roussin, Joseph Simon et Sati Veyrunes Musique originale: Jamie xx © Universal Music Publishing Ltd. Production musicale: William Smith Musique additionnelle: Sergueï Rachmaninoff, Concerto n° 2 pour piano Scénographie et projections: Nadir Bouassria Lumières et direction technique: John Gunning Costumes: Oona Doherty + Lisa Marie Barry Gestion et production: Gabrielle Veyssiere Production et administration: Jenny Suarez Une production de OD Works présentée par La Presse avec le soutien de l’Institut français en collaboration avec la Place des Arts Coproduction Kampnagel International Summer Festival (Hambourg) + Sadler’s Wells (Londres) + Théâtre National de Chaillot (Paris) + La Biennale di Venezia + Maison de la Danse (Lyon) + Belfast International Arts Festival + The Shed (New York) + Dance Umbrella (Londres) + Dublin Dance Festival + Torinodanza Festival (Turin) + Julidans (Amsterdam) + MC2 : Grenoble — scène nationale Représentations: 30 et 31 mai 2023 19h, 1er juin 2023 20h (durée approximative: 55 minutes sans entracte) Théâtre Maisonneuve, Place des Arts, Montréal. Info: https://fta.ca/evenement/navy-blue/ Photos: Sinje Hasheider et Dajana Lothert

Comentários


bottom of page