• Yanik Comeau

Danse/perfo: «Fragile & Useless – LCR.I/GROUP/2019-2022» de Simon Portigal: Sublimer le quotidien

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)

Avec Fragile & Useless – LCR.I/GROUP/2019-2022, le chorégraphe expérimental d’origine albertaine travaillant à Montréal Simon Portigal crée sa première œuvre longue forme après plusieurs années d’exploration. Le résultat est une série de tableaux solo, duo, trio qu’il a pris le temps de peaufiner avec ses interprètes, un spectacle d’une cinquante de minutes d’une densité réjouissante.



Bien que présenté comme un spectacle anglophone à cause de certains des extraits musicaux qui comprennent des paroles dans la langue de Shakespeare, les francophones non-bilingues ne seront pas dépourvus pour une seconde. Les néophytes de la danse contemporaine – avec un minimum d’ouverture d’esprit et d’intérêt à se laisser imprégner – en sortiront avec un sentiment de complétude. Simon Portigal ancre ses chorégraphies dans des mouvements du quotidien alors même le spectateur qui n’y connaît rien y tire satisfaction. On est captivé par le mouvement des corps de Justin de Luna, Louise-Michel Jackson et Emile Pineault qui, dès l’entrée en salle des spectateurs, sont en piste à répéter des mouvements à l’apparence banale qui nous donnent un avant-goût de ce qui s’en vient.



Pourquoi se passionnerait-on pour des mouvements banals répétés, des gestes du quotidien magnifiés et présentés plus souvent qu’autrement sans véritable synchronisation ? Parce que le courant passe entre les interprètes et la salle, parce qu’ils font miroir au public qui se reconnaît en eux et que leur habileté, leur maîtrise de chaque geste fait du bien. Qu’ils soient seuls chacun leur tour, en duo ou en trio, les interprètes exécutent à merveille des tableaux qui ont été pensés, repensés, éprouvés, répétés et sont prêts à être accueillis. Les musiques choisies par le chorégraphe explorent aussi plusieurs genres ce qui ajoute à l’intérêt toujours renouvelé du spectacle.



Pour ma part, j’ai particulièrement été touché et impressionné par le numéro qui arrive autour du milieu du spectacle (je ne me suis pas arrêté à regarder l’heure alors on me corrigera si je me trompe!). Les trois danseurs terminent un numéro en véritable amoncellement de corps, comme trois chatons qui, après s’être repus aux tétons de leur mère, se seraient endormis blottis les uns contre les autres, vautrés l’un par-dessus l’autre en une boule informe, somnolente. Pendant ce qui semblera une éternité, les interprètes demeureront presque immobiles, bougeant seulement comme pour se coller encore un peu plus, se blottir un peu plus étroitement, se lover contre les autres. Pendant un moment, les spectateurs se demanderont si le spectacle est terminé, si c’est maintenant qu’il faille applaudir. Puis, les corps se remettront lentement en mouvement, avec de plus en plus d’intensité, ne se détachant jamais complètement, se caressant, s’agrippant, se tenant en équilibre l’un sur l’autre, l’un contre l’autre. Presque comme s'ils ne voulaient pas laisser passer de lumière entre eux par moments. Ils rouleront, culbuteront, se glisseront l’un sur l’autre. Le spectateur se demandera pendant combien de temps le trio peut tenir. Cette exploration de l’union des corps est fascinante et on aimerait pouvoir la revoir. Magnifique !



Et quand ce numéro se terminera, celui qui semble être la pièce de résistance, le spectacle ne sera pas terminé pour autant. On aura droit à trois autres numéros tout aussi intéressants les uns que les autres. Je le dis souvent: mon expertise n’est pas en danse. Quand on me demande de «critiquer» un spectacle de danse, je ne peux parler que de mon ressenti, de mon regard de néophyte à l’esprit et au cœur ouvert. Pas de doute que Simon Portigal et ses interprètes m’auront atteint et que je surveillerai les programmations de La Chapelle, l’Agora de la danse, Tangente… pour ne rien manquer de ce qu’ils proposeront à l’avenir.


Fragile & Useless – LCR.I/GROUP/2019-2022 Signataire et concepteur sonore: Simon Portigal Interprètes: Justin de Luna, Louise-Michel Jackson et Emile Pineault Costumes: Elliott Elliott Conceptrice lumière : Nien-Tzu Weng Animation numérique : Timothy Thomasson Régie plateau : Michael Martini Coproduction Montréal, Arts interculturels (MAI) et La Chapelle, Scènes contemporaines 9 au 13 mai 2022 19h lundi, mardi, 20h jeudi, vendredi (50 minutes sans entracte) La Chapelle, Scènes Contemporaines, 3700, rue Saint-Dominique, Montréal Réservations : 514-843-7738 – www.lachapelle.org Photos: Kinga Michalska

91 vues0 commentaire