• Yanik Comeau

Arts vivants: «Les Jeux du crépuscule» d’Ariane Boulet: De la magie pour nos vieux jours

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)

Pendant des mois, Ariane Boulet et ses ami.e.s performeur.e.s/danseurs.euses sont allé.e.s faire du bien dans des CHSLD, dansant spontanément avec et autour de personnes âgées, parsemant bonheur, magie et beauté par les arts vivants. Les Jeux du crépuscule est un magnifique condensé des expériences vécues auprès des résident.e.s jouées, dansées, illustrées par ceux et celles qui les ont vécues, les ont fait éclore. Presque comme un théâtre-documentaire, dans lequel la danse, la musique, le chant deviennent liants.



Soutenue par ses interprètes-créateurs (le terme est bien choisi), Ariane Boulet a peaufiné un bijou aussi touchant que drôle, aussi triste qu’empreint de lumière. On se régale de monologues-témoignages autant que de sketchs reconstituant anecdotes et événements cocasses. On se laisse porter par la beauté des numéros dansés, parfois en solo, parfois en duos, parfois en groupes. On se surprend à être hypnotisé, scotché à la sublimement talentueuse Marie Vallée qui, en plus d’assurer la direction musicale, a composé et interprète en direct (en chant et avec ses instruments, percussions et autres) un univers sonore empreint d’innovation et de magie (encore ce mot).



Tous les comédiens/danseurs, comédiennes/danseuses – parce qu’on parle ici d’interprètes multidisciplinaires dans cet «événement polyphonique» – sont magnifiques. Ils savent livrer les moments tendres tout aussi subtilement que les moments comiques. Tout de cette œuvre est d’une grande beauté, d'une grande sensibilit, d'une grande générosité. Après avoir tant souffert d’impuissance devant les horreurs que l’on entendait à propos de notre centres pour personnes âgées pendant la pandémie, il fait bon recevoir un peu de lumière de ces mêmes lieux, de ces milieux de vie … pas juste de mort.


Seule chose à déplorer? Pourquoi si peu de représentations? J’ose espérer que ce spectacle pourra se promener, aller à la rencontre d’un public plus vaste. Qu’on lui proposera une tournée des maisons de la culture, qu’il pourra prendre la route, s’envoler vers les régions, être présenté partout, même dans les écoles pour que sa lumière puisse s’étendre et que sa magie puisse opérer partout.



Les Jeux du crépuscule Direction artistique et création: Ariane Boulet Direction musicale, composition et interprétation: Marie Vallée Interprètes-créateurs: Audrey Bergeron, Lucy M. May, Isabelle Poirier, David Rancourt, Georges-Nicolas Tremblay et Julie Tymchuk Interprète à la création: Joannie Douville Conception des paysages sonores: Tom Demers Conception d’éclairage et scénographie: Audrée Lewka Costumes: Julie Tymchuk Vidéo: Robin Pineda-Gould Poète à la création: Clémence Dumas-Côté Poète et médecin psychiatre: Ouanessa Younsi Artiste visuelle: Marie-Hélène Bellavance Regards extérieurs: Nicolas Filion, Sophie Michaud, Sarah-Ève Grant Médiatrice et psychologue: Florence Vinit Chercheure en technologies de la conscience et de la présence: Stefanie Blain-Moraes Directeur technique et de production: Lee Anholt Sonorisateur: Guy Fortin Guide d’atelier: Marco Pronovost Production: Ariane Boulet Coprésentation: Le Radeau et Danse Cité Tangente Danse (Edifice Wilder, Espace Orange) Du 28 avril au 1er mai 2022 (durée: 75 minutes sans entracte) Information: https://tangentedanse.ca/evenement/ariane-boulet/ Photos: David Wong

85 vues0 commentaire