top of page
  • Photo du rédacteurYanik Comeau

Théâtre: «Un Cœur habité de mille voix» de Marie-Claire Blais adapté par Kevin Lambert: Beauté!

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)


   Après avoir transposé Soifs à la scène, il était juste naturel que les grands amoureux des mots que sont Denis Marleau et Stéphanie Jasmin d’UBU – compagnie de création replongent dans l’univers de Marie-Claire Blais et s’adjoignent un des plus grands amoureux de l’œuvre de la grande écrivaine, le jeune romancier auréolé Kevin Lambert (Querelle de Roberval, Tu aimeras ce que tu as tué, Que notre joie demeure) qui aura été l’instigateur de l’adaptation théâtrale du testament littéraire de Blais, Un Cœur habité de mille voix, et un des théâtres qui s’est avéré une de leurs quelques résidences au fil des années, Espace GO, dirigé par leur complice, Ginette Noiseux, qui signe les costumes et dont c’est le testament de direction artistique. Tout est dans tout.



À l’instar de Michel Tremblay qui a passé sa carrière à revisiter ses personnages à différentes étapes de leurs vies, Marie-Claire Blais aura passé les dernières années de la sienne avec René, Doudouline, Gérard, Polydor et Louise, personnages de deux romans importants Les Nuits de l’Underground (1978) et L’Ange de la solitude (1989). Tremblay et Blais auront été amis pendant plusieurs années et, malgré leurs styles littéraires bien différents, ils auront eu beaucoup en commun, notamment le talent de faire tomber amoureux leurs lecteurs de personnages riches, attachants, colorés, montréalais, personnages qui auront repoussé les frontières, les barrières, les balises, qui auront ouvert les cœurs et les esprits.



   Sur la scène d’un blanc immaculé, dans une scénographie qui sert aussi de cyclorama pour la projection vidéo en direct assurée par le caméraman Victor Cuellar discret et efficace, permettant une intimité remarquable seulement possible dans les minuscules salles de spectacles ou au petit et grand écrans, une distribution stellaire, plusieurs complices de longue date de Denis Marleau, se déploie dans un ultime hommage à la plume poétique, enivrante, empreinte d’humour, de vérité et d’une étonnante pudeur de Marie-Claire Blais que Kevin Lambert a tricotée comme un orfèvre, prenant soin de ne pas la modifier, de ne pas la trahir. Le résultat est un sans-faute.



   Tout en étant émus par les mots, la poésie orale et visuelle du spectacle, les passionnés de notre histoire théâtrale seront soufflés par les nombreux clins d’œil que nous font les artistes et les artisans de cette dernière production programmée par Ginette Noiseux, celle qui était là aux balbutiements du Théâtre Expérimental des Femmes déménagé là où se trouve maintenant Espace GO, boulevard Saint-Laurent. On sera touché que la magnifique Louise Laprade, 77 ans, prête vie à Polydor, elle qui a été une des cofondatrices du TEF et qui a enchaîné deux rôles colossaux (Judy au Théâtre d’Aujourd’hui avant celui-ci) cette saison. On se régalera du «couple» fusionnel que forment la formidable Christiane Pasquier (dans sa onzième collaboration avec Marleau!) et le virtuose Jean Marchand (première fois dirigé par Marleau mais déjà dirigé par Pasquier dans un texte de Nathalie Sarraute sur ces mêmes planches!), deux grands acteurs aux talents infinis qui livrent leurs partitions avec la précision d’un scalpel. On se réjouira de revoir Sylvie Léonard dans le giron UBU après Jelinek, Molière, Dubillard et Chaurette (quelle grande actrice!). On se délectera de revoir la grande (bien que toute menue) Élisabeth Chouvalidzé (qui aura 88 ans en juin!) sur scène dans un rôle qu’on dirait écrit pour elle, cette Grande Sophie, diva théâtrale à la Gloria Swanson, Sarah Bernhardt, aux idées passées, rétrogrades, et un autre petit rôle génial qui replongera les oreilles de toute une génération dans la voix de Rigodon dans Passe-Partout! Du bonbon! Une force de la nature! On se réjouira aussi de l’excellent casting de Pascale Quevillon (Olga) et Nadine Jean (Gérard) qui complètent à merveille cette distribution sénior.





   Quand on dit que tout est dans tout… Tout est dans tout, sans conteste. Mais encore plus, tout de cette production est un formidable hommage au talent – de la page à la scène –, à la poésie, à la dramaturgie, à notre littérature et à notre théâtre. Merci, Marie-Claire, Stéphanie, Denis, Kevin, Ginette, Christiane, Jean, Sylvie, Élisabeth, Louise, Nadine, Pascale, Victor de nous avoir permis d’entrer dans votre famille choisie.



Un Cœur habité de mille voix d’après le roman de Marie-Claire Blais

Adaptation: Kevin Lambert

Mise en scène: Stéphanie Jasmin et Denis Marleau

Assistance à la mise en scène: Carol-Anne Bourgon Sicard

Avec Élisabeth Chouvalidzé, Pascale Drevillon, Nadine Jean, Louise Laprade, Sylvie Léonard, Jean Marchand et Christiane Pasquier avec le caméraman Victor Cuellar

Scénographie et vidéo: Stéphanie Jasmin

Assistance à la scénographie: Marine Plasse

Lumières: Marc Parent

Costumes: Ginette Noiseux

Assistance au costumes: Pierre-Guy Lapointe

Musique: Alexander MacSween

Design sonore: François Thibault

Accessoires: Camille Walsh

Masque: Claude Rodrigue

Coiffures et maquillages: Jacques-Lee Pelletier

Staging et montage vidéo: Pierre Laniel

Conseil littéraire: Maxime Poirier Lemelin

Atelier réalité trans: Lionel LeHouillier

Conseil en voix: Marie-Claude Lefebvre

Assistance aux éclairages: Jordana Natale

Direction de production - UBU: Martin Émond

Direction technique - UBU: Julien Boisvert

Régie lumières et vidéo: Marguerite Hudon

Régie son: Gabrielle Couillard

Direction technique – Espace GO: Alex Gendron

Habilleuse: Nicole Langlois

Coupe costumes: Gabrielle Lachance

Tailleur: Patrice Gagnon

Chapeau: Lucie Grégoire

Impression textile: Katherine Paré

Perruques: Sarah Tremblay

Construction du décor: Acmé Décors + Les Ateliers Boscus

Une production d’UBU et Espace GO

Du 2 au 28 avril 2024 (durée : 1h40 sans entracte)

Théâtre Espace GO, 4890, boulevard Saint-Laurent, Montréal.

Billets: 514-845-4890

Photos: Yanick McDonald et Antoine Raymond

Comentários


bottom of page