top of page
  • Photo du rédacteur

Théâtre: «La Suspension consentie de l’incrédulité» d’Émilie Perreault: Oui, Émilie, oui!

Dernière mise à jour : 26 avr.

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)


   Les 5 à 7 Duceppe, comme ceux de La Licorne et ceux de La Bordée, qu’ils soient des productions de Bistouri, de LAB87 ou de toutes les autres compagnies qui se prêtent au jeu avec tant de bonheur, sont toujours de petits bijoux de fiction. Et voilà que La Suspension consentie de l’incrédulité nous amène ailleurs avec une autobiographie théâtrale aussi rafraîchissante que chaleureuse, aussi amusante que touchante, aussi profonde que rassembleuse.



   La Suspension consentie de l’incrédulité, premier spectacle de la chroniqueuse et animatrice culturelle Émilie Perreault, une «spectatrice professionnelle» auto-proclamée, est ce que les Anglos qualifieraient de feel-good théâtre. Dans cette heure douce, simple, calmante qui passe à vitesse grand V, on se laisse si facilement porter par les mots, les anecdotes, les confidences de celle qui anime Il restera toujours la culture et qui était une formidable complice de Marc Labrèche à Cette année-là.



   Pour La Suspension consentie de l’incrédulité, magnifique lettre d’amour à tous les spectateurs, à toutes les spectatrices qui s’assoient autour d’elle soir après soir depuis qu’elle a vu le spectacle en direct du Club des 100 Watts lorsqu’elle était pré-adolescente, Émilie Perreault a d’ailleurs demandé à Marc Labrèche d’agir comme narrateur rigolo pré-enregistré et qui dit Marc Labrèche dit régal. Pas qu’Émilie avait vraiment besoin de cette gimmick parce qu’elle est tellement attachante, vraie, charismatique, passionnée et passionnante, mais la trouvaille est brillante.



   Pendant cette heure de complicité avec le public, Émilie Perreault brise le quatrième mur, celui duquel elle a toujours été de l’autre côté, et se livre avec sincérité sur sa vie de mangeuse de culture qui, même dans ses expériences scéniques personnelles, se surprenait à regarder les autres plutôt qu’à jouer ou danser elle-même, à prendre plus de plaisir à admirer le talent des autres plutôt qu’à développer le sien. Elle sera donc devenue une observatrice fûtée, une admiratrice et une passeuse culturelle hors pair.


   La Suspension consentie de l’incrédulité, c’est une sorte de point culminant, de bilan loin d’être final (d’ailleurs, on pourrait presque souhaiter qu’il s’agisse ici que d’un premier chapitre!) de cette vie de passeuse culturelle. C’est une réflexion éclairée mais si accessible pendant laquelle on se surprend constamment à hocher de la tête et de vouloir constamment s'écrier: «Oui, Émilie, oui! Tellement!» Si Émilie Perreault était RuPaul, on passerait son spectacle à s’exclamer: «Amen, sister !»


   Si vous avez apprécié J’aime Hydro, L’Origine de mes espèces de Michel Rivard, si vous êtes un amoureux ou une amoureuse de théâtre, si vous êtes fan de Guy Nadon, d’Éric-Emmanuel Schmitt, de Marc-André Coallier, de Tire-le-coyote (Benoit Pinette signe la musique du spectacle!), de Biz, de Robert Lepage, de Monic Néron, d’Alain Crête… si vous avez un cœur, faites-vous plaisir. Vivez l’expérience en 5 à 7 si c’est encore possible (les billets s’envolent aussi à vitesse grand V)… sinon, réjouissez-vous. Duceppe a flairé la bonne affaire et offrira des représentations supplémentaires dans sa série « En rappel » à la Cinquième Salle de la Place des Arts en novembre prochain!



La Suspension consentie de l’incrédulité d’Émilie Perreault

Mise en scène: Charles Dauphinais

Assistance à la mise en scène: Juliette Farcy

Conseiller dramaturgique: Jean-Philippe Lehoux

Avec Émilie Perreault

Musique: Benoit Pinette

Scénographie et éclairages: Robin Kittel-Ouimet

Une production de Hainault inc. dans le cadre des 5 à 7 Duceppe

16 avril au 10 mai 2024, du mardi au vendredi à 17h30 – ouverture des portes : 17h (durée: 1 heure sans entracte)

*** Supplémentaires 9 et 10 mai 2024 – représentations COMPLÈTES

Coulisses du Théâtre Jean-Duceppe, Place des arts, Montréal Duceppe EN RAPPEL: Du 20 au 24 novembre 2024 à la Cinquième Salle de la Place des Arts

Comments


bottom of page