top of page
  • Photo du rédacteurYanik Comeau

Théâtre: «Génération danse» de Clare Barron: Les Feux de la rampe

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)

La jeune auteure américaine Clare Barron a quelque cinq pièces à son actif jusqu’à maintenant mais c’est la première fois que l’on s’aventure à monter cette voix ascendante et tonitruante de la dramaturgie étatsunienne en français au Québec. Pour se faire, c’est à Maryse Warda que l’on a confié la traduction (sensible et efficace) de ce Danse Nation, une pièce puissante et combien représentative de la société de performance dans laquelle nous évoluons. Une pièce où les adolescentes traitent ouvertement de leur sexualité, de leurs curiosités, dans une langue crue, directe, que Maryse Warda n’hésite pas à embrasser sans pudeur.



Danse Nation, c’est une troupe de danse formée de six filles et un gars (le toujours formidable Thomas Derasp-Verge qu’on a pu voir la saison dernière dans La Nuit des rois et Brillante, entre autres) dirigée par un coach parfois sévère, parfois… on sait pas trop(!), incarné par le comédien d’origine ukrainienne Sasha Samar (qui avait joué avec la metteure en scène Sophie Cadieux à la création de Moi, dans les ruines rouges du siècle, pièce inspirée de son histoire), casting intéressant puisqu’on associe souvent les sports majoritairement féminins comme le patinage artistique, la gymnastique, la danse… à des entraîneurs de pays de l’est. L’entraîneur doit à la fois pousser sa troupe à performer, motiver ses danseur.euses à se surpasser pour atteindre les prochaines étapes des compétitions d’envergure sans pour autant alimenter les inévitables compétitions entre elles, les petites jalousies mesquines.



Plutôt que de faire jouer ces adolescent.e.s par des finissants d’écoles de théâtre qui auraient tous et toutes entre 19 et 24 ans, l’auteur propose plutôt qu’on offre les rôles à des comédiennes de tous les âges, une rafraîchissante proposition que la metteure en scène Sophie Cadieux n’a non seulement endossée mais a poussé jusqu’à demander à ses interprètes de ne pas jouer comme des ados. À l’exception de Dominique Pétin qui joue parfois un peu bébé sans que ça ne dérange vraiment pour autant, les Mireille Metellus, Pascale Renaud-Hébert, Tova Roy et Émilie Gilbert (toutes si audacieuses, généreuses, présentes) foncent sans compromis, plongent profondément dans leurs personnages, adoptant des caractéristiques physiques juste assez subtiles pour que l’on achète complètement. Il y a l’accent français de Clara Prieur qu’on semble avoir voulu gommer ce qui agace parfois (quand elle tente de faire plus « Queb » - expression que je déteste, mais la voilà) alors qu’on aurait dû juste l’assumer et l’accepter comme on assume pleinement l’accent haïtien charmant de Mireille Metellus. Néanmoins, la comédienne et son talent (tant comme comédienne que comme danseuse) s’en tire très bien. On comprend aussi rapidement que Sally Sakho assume habilement le rôle de toutes les mères.



Évidemment, il ne faut pas aller voir Génération danse dans l’espoir d’assister à un spectacle de danse. Les chorégraphies y sont très peu élaborées et les cours de mouvements de la majorité des interprètes semblent bien loin. Les numéros dansés sont esquissés et franchement drôles par moments mais il fait bon voir ces artistes issues de toutes les diversités s’en donner à cœur joie et on adhère.


Génération danse s’inscrit bien dans la mission de La Licorne de faire entendre des voix nouvelles, des voix internationales, et on se réjouit qu’il s’agisse aussi de plus en plus de voix féminines.



Génération danse (Dance Nation) de Clare Barron

Traduction: Maryse Warda

Mise en scène: Sophie Cadieux

Assistance à la mise en scène: Marie-Hélène Dufort

Avec Thomas Derasp-Verge, Émilie Gilbert, Mireille Métellus, Dominique Pétin, Sasha Samar, Clara Prieur, Pascale Renaud-Hébert, Tova Roy et Sally Sakho

Éclairages: Martin Labrecque

Musique: Philippe Brault

Costumes: Elen Ewing

Une production de La Manufacture

Du 10 octobre au 18 novembre 2023 – mardi au jeudi 19h, vendredi 20h, samedi 16h – Matinée mercredi le 18 octobre à 13h30 (1h40 sans entracte)

Tête à tête: jeudi 19 octobre 2023

Théâtre La Licorne, 4559, avenue Papineau, Montréal

Billetterie: 514-523-2246 – theatrelalicorne.com

Représentations au Théâtre Alphonse-Desjardins de Repentigny du 30 novembre au 2 décembre 2023 (jeudi et vendredi 19h30 et samedi à 16h et 20h).

Photos: Suzane O’Neill

Comments


bottom of page