• Yanik Comeau

Usine C, quintessence de la démocratisation/ diversification en diffusion des arts de la scène

par Yanik Comeau (Comunik Média)

Jeudi dernier, le 22 août, Danièle de Fontenay, directrice artistique et codirectrice générale de l’Usine C, accueillait artistes, journalistes, abonnés et mordus d’arts de la scène pour à la fois dévoiler le contenu de la 24e saison de l’institution et célébrer de belle façon la création et la diffusion de bijoux artistiques d’une diversité fascinante. Après l’incontournable présentation des nombreux spectacles composant la programmation ainsi que tous les à-côtés (artistes en résidence, Projets du 3e, …), la cofondatrice de l’espace a cédé la place à la fête, la vraie célébration, non seulement celle où l’on chante et où l’on prend un verre, mais celle où l’on célèbre la création avec la création.


Faisant appel au délicieux concept du NICE TRY (belessai) créé par Alexa-Jeanne Dubé et Marie-Philip Lamarche de À DEUX, cinq spectacles de l’abondante saison ont été mis en lumière de façon ludique et originale suite à un tirage au sort. Les conceptrices ont fait appel à cinq metteurs en scène/chorégraphes/interprètes («émergeants et chevronnés») afin qu’ils s’inspirent de l’œuvre proposée par l’un des créateurs de la saison, une des pièces de la programmation. Puis, en 48 heures, avec dix interprètes/comédiens/danseurs (six filles, quatre gars) imposés à leur disposition, ils devaient créer un number de dix minutes qui répondrait, pasticherait ou rendrait hommage au titre pigé au hasard.


Le résultat, présenté devant une Usine C coupée en deux et devant des estrades plutôt que les sièges habituels, en mode bonne franquette, s’est avéré à la fois stimulant et nourrissant pour les chanceux qui s’y sont rendus, dont votre tout dévoué.

Présentant les cinq numéros de façon tellement sympathique et décontractée, la comédienne Alexa-Jeanne Dubé (Faits divers, Féminin/Féminin) a créé une cohésion efficace. C’est la jeune chorégraphe Audrey Rochette qui a ouvert le bal avec sa brillante chorégraphie théâtrale réglée au quart de tour inspirée de Kitchen Chicken, création de L’Orchestre d’hommes-orchestres qui sera présentée du 16 au 18 octobre à l’Usine C.



On a ensuite eu droit au numéro concocté par la metteure en scène Édith Patenaude (Titus, d'après Shakespeare et Oslo chez Duceppe la saison dernière) à partir de l’univers de Philippe Boutin et Étienne Lepage qui préparent le colossal The Rise of the BlingBling, une relecture «pop, tragique, surréaliste du Nouveau Testament» – rien de moins – présenté à l’Usine C du 21 au 25 avril 2020. Avec une hilarante lecture emotionless par Sarah Laurendeau des paroles de N’importe quoi d’Éric Lapointe et un déchirant cover a cappella de Nothing Compares 2 U de Prince/Sinead O’Connor par Ines Talbi en ouverture et en fermeture, ce triptyque résolument pop culture était à la fois divertissant, créatif et percutant.


Pour clore la première partie de ce spectacle, la metteure en scène et comédienne Marie-Ève Milot (Les barbelés d’Annick Lefebvre au Quat’Sous la saison dernière et la Rosa-Rose des Pays d’en haut) s’est visiblement amusée comme une folle en s’inspirant de l’univers du chorégraphe et danseur Frédérick Gravel (Fear and Greed, un solo danse + musique présenté les 28 et 29 novembre). S’entourant de quatre des six filles de la banque d’interprètes (Daphnée Côté-Hallé, Marie-France Jacques, Ines Talbi et Kim Despatis), elle a recréé un rêve d’adolescence, celui de former un groupe punk rock féminin trash qui – dans ce dix minutes hilarant – aura été bien distrayant juste avant l’entracte. Fort heureusement, il semblerait que le quatuor ait évité le whiplash et les commotions cérébrales malgré tout le head banging.



Au retour d’un entracte beaucoup trop long mais bien apprécié des invités qui en ont largement profité pour faire la fête avant la fête (la soirée se terminait par un party animé par la DJ Shaïda), le chorégraphe George Stamos proposait un magnifique numéro inspiré de Sang de Lars Norén (du 28 janvier au 15 février, une nouvelle production très attendue de Sibyllines) que mettra en scène Brigitte Haentjens avec une distribution étoile (Sébastien Ricard, Alice Pascual, Émile Schneider et Christine Beaulieu qui reprend aussi J’aime Hydro pour ouvrir la saison du 10 au 15 septembre et en supplémentaires du 19 au 21 septembre avant une dernière série d’ultimes supplémentaires au Théâtre Maisonneuve du 10 au 12 janvier présentées par Duceppe). Le numéro de Stamos était à la fois poétique, touchant, vivifiant et fin sur le plan de l’esthétisme.



La soirée se sera terminée par le plus salissant des numéros, celui d’Emmanuel Schwartz (L’Écrivain public sur TV5, Candide ou l’optimisme selon Voltaire au TNM et L’Exhibition à La Chapelle la saison dernière) qui s’est mesuré au Cosmic Love de Clara Furey, une autre habituée de La Chapelle et d’explorations chorégraphiques et théâtrales singulières. Les nombreux bols de gouache multicolore se sont rapidement transformés en une boue brune étendue sur les corps de sept interprètes qui se sont donné corps et âme (surtout corps !) dans une chorégraphie «éclaboussante», à mi-chemin entre le mosh pit, la lutte dans la boue et l’orgie. Avec juste assez de distanciation pour que le gros clin d’œil soit clair, assumé et amusant.


Bien sûr, ce formidable NICE TRY (bellesaison) n’aura qu’effleuré la pointe de l’iceberg colossal que sera cette nouvelle saison de l’Usine C. Pour plus d’information sur les différents spectacles, on peut consulter http://usine-c.com/programmation1920/ et se procurer des billets directement en ligne. Pas de doute que quelques-uns des spectacles connaîtront des supplémentaires, mais... qui veut prendre une chance de rater un spectacle incontournable ?


NICE TRY (bellesaison) – lancement de la saison 2019-2020 de l’Usine C Conception et coordination: Alexa-Jeanne Dubé et Marie-Philip Lamarche Animation: Alexa-Jeanne Dubé Console : Benoit Marquette Metteurs en scène/chorégraphes invités : Marie-Ève Milot, Édith Patenaude, Audrey Rochette, Emmanuel Schwartz et George Stamos Interprètes : Olivier Barrette, Daphnée Côté-Hallé, Julien Derradj, Kim Despatis, Natasha Filiatrault, Marie-France Jacques, Sarah Laurendeau, Félix Monette, Ines Talbi et Sébastien Tessier Une production de À DEUX Jeudi, le 22 août 2019 (environ 2 heures incluant un entracte) Usine C, 1345, avenue Lalonde, Montréal Abonnements, billetterie: 514-521-4493

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO