• Yanik Comeau

Théâtre/Cinéma : «Dans l’univers de Marcel Pagnol»: Quand l’auteur rencontre son acteur

par Yanik Comeau (Comunik Média)

Après avoir triomphé dans son pays natal avec Marcel et Jules, la pièce créée à partir des correspondances et conversations entre le dramaturge et cinéaste Marcel Pagnol et Jules Raimu, l’acteur qui allait devenir son grand ami, le petit-fils de l’auteur de la trilogie de Provence Marius, César et Fanny, Nicolas Pagnol, spécialiste de l’œuvre de son aïeul, débarque au Québec pour une courte tournée à laquelle se joint le comédien de chez nous et directeur artistique du Théâtre Outremont, Raymond Cloutier. Cette soirée Dans l’univers de Marcel Pagnol est un véritable bonheur, une brillante idée pour permettre de découvrir ou de redécouvrir celui qui allait aussi nous donner Jean de Florette, Manon des Sources et La Femme du boulanger.




Marcel et Jules, c’est l’œuvre de Pierre-Tré Hardy, qui théâtralise simplement, mais avec doigté une œuvre épistolaire que Nicolas Pagnol met en scène avec autant de brillance et de clarté. De la première rencontre de Pagnol avec Raimu alors qu’il venait d’écrire une première version de Marius avec un personnage pour Raimu en tête et qu’il se rendait dans sa loge au théâtre après une représentation pour lui remettre le texte, on suit l’évolution de l’amitié et de la relation professionnelle qui ont lié les deux hommes jusqu’au décès de l’acteur en 1946.


Les missives qu’ils se sont échangées au fil des années auraient pu être bêtement lues ou récitées sur scène puisqu’elles sont toutes bien écrites, intelligentes, parsemées d’humour et de verve, mais on se serait rapidement lassé. Ici, les acteurs, Frédéric Achard en Raimu et Christian Guérin en Pagnol, se relancent comme dans un match de tennis enlevant (j’ai bien cherché une métaphore de pétanque, mais…) alors que les personnages de Raymond Cloutier (le narrateur, Charlie-le-majordome de Pagnol et quelques autres), que je n’ai pas vu depuis des années sur scène et que je retrouve avec grand bonheur, créent des ponts, des liens, qui permettent au public de suivre l’évolution de la relation entre ces deux monstres sacrés du théâtre et du cinéma français.


Bien que cette pièce rappelle Love Letters (Lettres d’amour) de A.R. Gurney, une pièce épistolaire (mais une œuvre de fiction, celle-là), Marcel et Jules décolle de ce genre pouvant être jugé statistique en présentant les monologues écrits plutôt comme des conversations – parfois à sens unique. Ingénieux et rafraîchissant.

Après la représentation de la pièce, qui dure environ 80 minutes, les spectateurs sont invités à rencontrer le metteur en scène et les acteurs avant d’avoir la chance d’assister à une projection du film Marius, mettant en vedette Raimu – il va de soi – restauré par Nicolas Pagnol et présenté pour la première fois en sol canadien sur grand écran.



J’ose espérer que cette belle initiative fera des petits et que la petite troupe de Marcel et Jules reviendra au Québec pour une nouvelle série de représentations dans un avenir rapproché.



Dans l’univers de Marcel Pagnol – Du théâtre au cinéma Volet théâtre : Pièce Marcel et Jules Texte: Pierre Tré-Hardy, à partir de la correspondance de Marcel Pagnol et Jules Raimu Mise en scène: Nicolas Pagnol Avec Frédéric Achard (Jules Raimu), Christian Guérin (Marcel Pagnol) et Raymond Cloutier (narrateur et autres personnages) Six représentations en tournée au Québec : 22 octobre, Salle Odyssée, Gatineau ; 24 octobre, L’Étoile Banque Nationale, Brossard ; 26 octobre, Théâtre Outremont, Montréal, 19h30 ; 28 octobre, Théâtre Petit Champlain, Québec, 19h30 ; 29 octobre, Centre culturel de Belœil, 14h00 ; 1er novembre, Théâtre Desjardins, LaSalle, 19h30 (1h20 sans entracte + échange avec les comédiens + projection du film Marius)

0 vue0 commentaire