• Yanik Comeau

Le Théâtre Denise-Pelletier prévoit une saison 2022-2023 «éloquente, palpitante et profonde»

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)


C’est en ces termes que Claude Poissant, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier dévoilait sa saison 2022-2023. Avec son grand théâtre et sa petite Salle Fred-Barry, ce sont treize spectacles qui seront présentés au cours de cette 59e saison de la compagnie fondée en 1964 par Gilles Pelletier, Françoise Graton et Georges Groulx sous le nom Nouvelle Compagnie Théâtrale. Fidèle à son habitude d’amener les classiques de la dramaturgie et de la littérature au public adolescent tout en s’assurant de les dépoussiérer, le Théâtre Denise Pelletier proposera la saison prochaine «des relectures audacieuses d’œuvres de répertoire, [des] spectacles hybrides, [des] retours attendus et bien sûr plusieurs créations».


«Quoi qu’il advienne, il nous faut les arts vivants toujours et à tout prix,» affirme Claude Poissant sans équivoque. «Non pas parce que l’art explique tout, car au contraire, en ce qui nous concerne, le théâtre n’explique rien. Il évoque, il s’immisce, s’installe à peine. Puis il révèle. Soudain il dérive subrepticement pour ouvrir un espace différent à nos pensées. Il donne un souffle aux tremblements. Il réussit à être immensément fécond de son apparente inutilité. Il place notre œil autrement sur l’enfance, l’adolescence, sur le soleil éblouissant et les nuages carbonisés. Sur ce qui était et ce qu’on pourrait être.»


Au Théâtre Denise-Pelletier, la saison s’ouvrira comme la dernière avec l’adaptation d’une œuvre littéraire. Après La Métamorphose de Kafka, c’est L’Étranger de Camus qui foulera les planches de l’ancien Théâtre Granada. Evelyne de la Chenelière signera une très libre adaptation puisqu’elle intégrera à «cette histoire de justice d’une autre époque» un Algérien ayant immigré en sol québécois. À cause du soleil mettra en scène Paul Ahmarani, Mustapha Aramis, Sabri Attalah (qu’on a vu cette saison dans Le Sexe des pigeons à Fred-Barry), Maxim Gaudette, Evelyne Rompré et Mounia Zahzam (Geneviève dans Les Moments parfaits à TVA). Ils seront dirigés par l’excellent Florent Siaud qui se partage entre le Québec et la France et qui retrouvera Paul Ahmarani, Maxim Gaudette et Evelyne Rompré qu’il avait dirigés dans Les Enivrés d’Ivan Viripaev au Prospero. J’ai hâte !



Suivra à partir du 9 novembre une nouvelle création de La Messe Basse (Corps célestes et (e) de Dany Boudreault au Théâtre d’Aujourd’hui, La Femme la plus dangereuse du Québec à Fred-Barry, Les Murailles d’Érika Soucy à La Licorne, Je t’écris au milieu d’un bel orage au TNM l’an prochain), Si jamais vous nous écoutez de Maxime Carbonneau et Laurence Dauphinais, un spectacle hybride entre art et science, un spectacle musical inspiré d’une réflexion de l’astrophysicien Carl Sagan! Robin-Joël Cool, Simon Landry-Désy, Olivier Morin, Evelyne Rompré et Phara Thibault se partageront la scène.



Du 6 au 16 décembre, le Théâtre Denise-Pelletier présentera une nouvelle production de son gros succès du printemps 2019, l’adaptation du film La Société des poètes disparus de Tom Schulman par Sébastien David dans une traduction de Maryse Warda. Après ces quelques représentations, la nouvelle distribution – Mustapha Aramis, Philippe Boutin, Katrine Duhaime, Gérald Gagnon, Tommy Joubert, Jacques L’Heureux, Renaud Lacelle-Bourdon, Félix Lahaye, Simon Landry-Désy et Maxime Mompérousse – partira en tournée aux quatre coins du Québec de janvier à mars 2023!



Après les fêtes, c’est Balzac qui envahira la scène du Théâtre Denise-Pelletier, mais pas dans une adaptation d’un de ses romans mais plutôt une de ses rares pièces de théâtre qu’il aurait écrite pour renflouer ses coffres d’écrivain sans le sou ! Le Faiseur sera adaptée par Gabrielle Chapdelaine et montée par Alice Ronfard qui nous avait donné le Candide ou L’Optimisme inspiré de Voltaire au TNM en 2018. Alex Bergeron (La Métamorphose), Mohsen El Gharbi (Omi Mouna), Alexandra Gagné-Lavoie, Annette Garant (Bonjour, là, bonjour), Karine Gonthier-Hyndman, Christophe Payeur, Maxime-Olivier Potvin, Jules Ronfard (Lascaux, Le Reste vous le connaissez du cinéma), Isabelle Roy (21) et Valérie Tellos seront de la distribution.



La saison se terminera sur une création de Marie-Claude Verdier (Seeker plus tôt cette saison à la Salle Jean-Claude-Germain) qui, au lieu de se projeter dans le futur comme dans Seeker, plongera dans le passé en revisitant le roi Louis II, l’impératrice Sissi, le chancelier Bismarck et le compositeur Richard Wagner dans la Bavière de 1864. Dans Châteaux du ciel, on retrouvera sur scène Dany Boudreault, Mikhaïl Ahooja, Félix Beaulieu-Duchesneau, Annick Bergeron, Frédéric Blanchette, Myriam Gaboury, Yves Jacques, Mary-Lee Picknell et Maxime Genois. Claude Poissant en signera la mise en scène.



Un prochain article traitera des sept nouvelles productions et une reprise présentées à la Salle Fred-Barry.



Pour plus d’information sur la saison ou les abonnements, on peut visiter le site du Théâtre Denise-Pelletier au denise-pelletier.qc.ca .

9 vues0 commentaire