• Yanik Comeau

17 août

Un des premiers classiques de notre dramaturgie, Bousille et les Justes voyait le jour un 17 août. Cinq ans plus tard, un des monuments de notre théâtre s'éteignait.


1959: Création de Bousille et les Justes de Gratien Gélinas à la Comédie Canadienne (Montréal)

C'est à la Comédie Canadienne, maintenant domicile du Théâtre du Nouveau Monde, que l'auteur, metteur en scène et comédien Gratien Gélinas présentait, après l'immense succès de son Tit-Coq, la pièce Bousille et les Justes, son oeuvre la plus jouée, tant à la création (plus de 300 représentations ici et à ailleurs, en français et en anglais) que par la suite. À la création, la distribution était composée de Gratien Gélinas lui-même (Blaise Belzile, dit Bousille), Jean Duceppe (Phil Vezeau), Yves Létourneau (Henri Grenon), Béatrice Picard (Aurore Vezeau), Juliette Huot (La Mère), Nicole Filion (Noella Grenon), Paul Hébert (L'Avocat), Gilles Latulippe (le Frère Nolasque), Monique Miller (Colette Marcoux) et Pascal Desgranges (le Garçon).

Depuis, la pièce a été reprise plusieurs fois professionnellement. Pendant la saison 1975-1976, Gratien Gélinas la montait à nouveau pour une coproduction Duceppe/NCT/Trident mettant en vedette certains des comédiens de la production originale dont Béatrice Picard, Yves Létourneau et Nicole Filion. Cette fois, Bousille était joué par Robert Rivard. La pièce fera aussi l'objet d'une vaste tournée produite par Duceppe.

En 1985, Jean-Jacqui Boutet en signera une mise en scène pour La Bordée à Québec mettant en vedette Gaston Hubert (Bousille), Jacques Girard (Phil), Louis-Georges Girard (Henri), Ginette Guay (Aurore), Lorraine Côté (Noella) et Marie-Thérèse Fortin (Colette), entre autres. En 1990, c'est André Brassard qui montera Bousille et les Justes chez Duceppe avec une toute nouvelle distribution: André Montmorency (Bousille), Gilles Renaud (Henri), Rémy Girard (Phil), Rita Lafontaine (Aurore), Amulette Garneau (La Mère), Sylvie Ferlatte (Noëlla), Martin Drainville (Nolasque), Roger La Rue (L'Avocat), Robert J.A. Paquette (le Garçon) et Julie Burroughs (Colette). Le Trident reprendra la pièce en 1991 dans une mise en scène de Lou Fortier avec Jacques Leblanc dans le rôle-titre. Cette fois, Marie-Thérèse Fortin sera Noëlla, Denise Gagnon incarnera la mère, Benoît Gouin sera Phil, Marie-Ginette Guay sera Aurore, Richard Thériault sera Henri et Josée Deschênes incarnera Colette. En 1996, Théâtre ProFusion (Les Productions Jean-Bernard-Hébert) reprend la pièce au Théâtre Denise-Pelletier avec Denis Bouchard dans le rôle-titre. Gildor Roy, Janine Sutto, Dominique Leduc et Renée Cossette font aussi partie de la distribution. Micheline Lanctôt reprendra la pièce au Théâtre du Rideau Vert en 1999 avec Benoît Brière en Bousille, Nicole LeBlanc sera la mère, Charles Imbeau jouera Phil, Stefan Perreault sera Henri, Marie-Chantal Perron incarnera Colette, Diane Langlois jouera Noëlla et Marie Charlebois Aurore. Enfin, en 2015, La Bordée présentera la pièce à nouveau dans une mise en scène de Jean-Philippe Joubert.


1964 : Décès de Fred Barry

Pour la plus jeune génération, Fred Barry est le nom de la petite salle voisine du Théâtre Denise-Pelletier, la salle plus intime et plus «expérimentale» de la Nouvelle Compagnie Théâtrale. Mais Fred Barry était un comédien et directeur de troupe qui a vu le jour à Montréal le 28 octobre 1887 et qui est décédé dans sa ville natale à l'âge de 76 ans. Formé à l'Académie Saint-Jean-Baptiste, il joue d'abord des rôles d'enfants avec le Cercle de la Garde Napoléon avant d'entamer sa carrière d'adulte avec le Cercle National Canadien-Français. Il fera ses débuts professionnels au Théâtre National en 1991 et jouera aussi au Chanteclerc et au Théâtre Canadien dont il sera une des vedettes. Il y rencontre Albert Duquesne avec qui il quittera le Canadien parce qu'il considère que les comédiens n'ont pas de bonnes conditions de travail. Il fondera deux compagnies: la Troupe Bella Ouellette-Jeanne Demons (il épousera la première), qui jouera en alternance à Montréal et à Québec (au Chanteclerc, au Family et à l'Impérial dans la Vieille Capitale) puis la Troupe Barry-Duquesne qui se produit au National, au Canadien, au Saint-Denis et à L'Arcade avant de prendre possession du Théâtre Chanteclerc qu'ils renommeront le Stella (l'actuel Théâtre du Rideau Vert), nous apprend Lucie Robert dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois. En 1925, Barry et Duquesne se rendent à Paris pour se familiariser avec ce qui se fait chez nos cousins français. En 1937, ils seront les premiers Canadiens à faire une tournée en France, présentant la pièce Vers la terre canadienne d'Henry Deyglun. Comme comédien, Barry jouera avec les Comédiens de L'Arcade, la Comédie de Montréal et L'Équipe. C'est lui qui assumera la direction de tournée des Fridolinades de Gratien Gélinas. Il créera le rôle du père Désilets dans Tit-Coq en plus de le jouer dans l'adaptation pour le cinéma. Il jouera aussi à la radio et à la télévision. En plus de la salle Fred-Barry, la Place Barry-Duquesne, à l'est de la Place-des-Arts, rend hommage à ce duo qui a tant fait pour le Québec pré-Révolution Tranquille.


13 vues0 commentaire
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO